Exercice psychomoteur – le jeu « mnémo-moteur »

Exercice psychomoteur – le jeu « mnémo-moteur »

Nous décrivons un exercice psychomoteur que nous utilisons pour travailler sur les fonctions exécutives (incluant la planification, la flexibilité mentale ainsi que l’inhibition motrice) en association avec la motricité.

Dans le cadre de la prise en charge psychomotrice des troubles des apprentissages en cabinet libéral, nous considérons particulièrement interessant de cibler l’organisation praxique conjointement à une composante attentionnelle.

Matériel nécessaire : un tableau Velleda et au moins 4 couleurs ou une impression en couleurs des quelques planches proposées ci-dessous (l’ensemble pouvant être remplacé par la présentation des images sur tablette tactile).

Proposer ce petit dispositif apparaît pertinent à partir de 9 ans (sans déficience intellectuelle) compte tenu de sa complexité relative mais peut tout à fait se décliner jusqu’à l’âge adulte selon l’indication.

 

1) L’apprentissage du code

L’exercice débute par l’apprentissage d’un code simple :

pastille rouge : taper une fois dans ses mains

pastille bleue : taper une fois du pied sur le sol

pastille jaune : croiser les bras sur sa poitrine 

pastille verte : poser la main (éventuellement le coude) sur le genoux opposé

 

Rappel du code

 

Son apprentissage peut être facilité par le démonstration du psychomotricien. Dans un premier temps, le rappel du code peut tout à fait rester à vue (sur le tableau par exemple).

 

2) Tester le code

Après vérification de la compréhension et de l’intégration du code, nous demandons la réalisation d’une séquence enchainée.

 

1ère séquence de test

 

 

3) Effectuer une partition

Si l’étape précédente est validée, nous pouvons tenter l’exécution d’une « partition » plus importante (spontanément de gauche à droite) :

une « partition » complète

 

Pour effectuer l’exercice plusieurs fois sans effet d’apprentissage et sans la nécessité d’avoir un support supplémentaire, il est pratique de demander ensuite des réalisations  en partant de la fin, ou en colonne de haut en bas ou encore de bas en haut

 

4) Variantes

Cette exercice psychomoteur permet différentes variantes selon l’objectif visé :

  • Pour renforcer plus particulièrement la mémoire kinesthésique : estomper l’aide visuelle.
  • Pour renforcer plus particulièrement l’inhibition motrice : après automatisation du code, effectuer une modification dans l’attribution des mouvements (par exemple la pastille rouge devient « croise les bas » et la jaune « taper dans sa main » ou plus simplement :  « ne plus rien faire sur la pastille bleue »). Le contrôle de l’impulsivité par les mécanismes inhibiteurs sera alors accentué.
  • Pour renforcer plus particulièrement la mémoire de travail visuelle ainsi que la planification : montrer des séquences de 3 pastilles, puis les cacher avant réalisation.
  • Pour renforcer plus particulièrement l’attention soutenue : allonger le contenu de la partition.
  • Pour renforcer plus particulièrement l’adaptation rythmique : demande à l’enfant d’exécuter chaque mouvement au rythme d’un métronome (pour information, je propose une vitesse de 65 pulsations/minutes pour un enfant de 14 ans).
  • Pour renforcer plus particulièrement la créativité : le patient personnalise lui-même ses 4 actions.

5) Aspects Cliniques

Nous avons la possibilité de repérer si les difficultés proviennent plus manifestement d’un trouble praxique (mauvaise réalisation motrice, difficulté d’automatisation…) que d’un trouble des fonctions exécutives (attention fragile, impulsivité…).

A ce sujet il est intéressant d’être attentif aux étapes et stratégies que l’enfant ou l’adulte met en place jusqu’à parvenir jusqu’à l’automatisation du code.

La complexité du premier abord sera rapidement remplacée par la satisfaction d’y parvenir !

Si la mémorisation du code est trop complexe sans l’aide visuelle, il est possible de donner des images mentales pour suppléer à une faible mémoire visuelle de travail par une association d’idées. Par exemple : taper dans ses mains pour écraser la tomate (pastille rouge-frappe des mains) ; taper du pied dans la flaque d’eau (pastille bleu-taper du pied), etc.

La partition réalisée (sans trop de temps de latence…) donnera l’impression d’une séquence rythmique agréable à entendre et son accomplissement peut réellement valoriser l’exécutant.

Enfin, nous précisons enfin que le code est tout à fait réalisable en position assise auprès de personnes âgées ou à mobilité réduite par exemple.

 

Bonne pratique !

N’hésitez-pas à nous faire des retours sur cet exercice psychomoteur en commentaires.

Aurélien D’Ignazio et Juliette Martin

 

Supports à télécharger (pdf)

Le planche « code » 

La planche « partition »

 

Divers

D’autres activités psychomotriceshttp://assocalliope.fr/category/outils/activites/

Vidéos et reportages de psychomotricité  : http://www.psychomotricien-liberal.com/2017/06/10/video-metier-psy…icien-reportages/

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.